Le smartphone au volant, vous savez que c’est dangereux !

04.08.2021
Le smartphone au volant, vous savez que c’est dangereux !

Après la vitesse, la ceinture de sécurité et l’hypovigilance au volant, la campagne de sécurité « Vous le savez déjà » déployée cet été par le groupe APRR, se poursuit avec les fameux distracteurs technologiques, dont le téléphone, mais pas que…

Les chiffres concernant les distracteurs technologiques à la conduite sont édifiants. Une étude récente de l’Association des sociétés françaises d’autoroutes (ASFA) révèle, par exemple, que 57 % des conducteurs consultent leur téléphone en roulant quand ils reçoivent une notification. Ce comportement peut avoir des conséquences dramatiques surtout sur autoroute où l’on parcourt en moyenne près de 36 mètres à la seconde.
Une distraction de 3 secondes équivaut à parcourir plus de 100 mètres sans regarder la route !
 
Des distracteurs nombreux : le point avec une experte d’APRR
 Les distracteurs au volant sont plus nombreux qu’on ne le pense. Pour nous aider à mieux les repérer, écoutons l’interview de Claire Dufossé, experte sécurité et signalisation chez APRR.

« Les distracteurs peuvent facilement détourner notre attention de la conduite. Ils sont surtout liés au multimédia : l’utilisation du téléphone portable, le réglage de l’autoradio ou du GPS. Et cela peut aller jusqu’à regarder la télévision dans sa voiture ou dans le camion… Cela peut arriver ainsi de croiser quelqu’un sur son ordinateur en train de visionner un film par exemple ! ».
« Et puis, poursuit Claire Dufossé, on a aussi les activités annexes à la conduite. Comme une distraction due à un passager, ou le fait de fouiller dans la boîte à gant, de manger… Où on est moins concentré sur sa tâche de conduite. Si on a besoin de faire des activités autres que de conduire, le meilleur conseil c’est de s’arrêter sur une aire, car il y en a en moyenne tous les 20 km sur autoroute. »

- Vous parliez de la télévision, des appels téléphone à la main… On peut aussi rappeler que c’est illégal et qu’en cas d’accident, la responsabilité est engagée.  
« Oui c’est illégal. Si on veut écrire un message ou téléphoner, il faut toujours s’arrêter sur une aire pour pouvoir le faire en toute sécurité. Pour sa propre sécurité mais aussi celle des autres. »

- Concernant les SMS, texto, petits messages…c’est vite fait, non ? Et pourtant, c’est très dangereux, n’est-ce pas ? 
« Cela ne va pas si vite que cela et effectivement s’il y a un incident, il faut le temps de le percevoir, de réagir et souvent, cela peut être déjà trop tard. Sur autoroute, dans des conditions météorologiques normales, on est à 130 km/h. Cela veut dire qu’il y a une distance de freinage qui est importante, d’environ 230 mètres, le temps de percevoir l’éventuel danger et de réagir. » « Quant aux kits mains libres, ils sont tolérés, précise Claire Dufossé, mais le danger c’est qu’on est concentré sur la conversation et pas forcément sur la route. C’est différent d’un échange avec un passager à côté, car celui-ci peut voir aussi ce qui se passe et du coup s’arrêter de parler. Ce n’est pas le cas lorsqu’on est au téléphone avec un kit main libre. C’est toléré mais il faut éviter, dans tous les cas, de téléphoner au volant. »  
L’utilisation des oreillettes et casques au volant est d’ailleurs interdite depuis 2015 pour éviter un effet de bulle qui nous isole de l’environnement.
 
La semaine prochaine, nous mettrons en perspective un copilote fidèle au service de la sécurité routière depuis 30 ans, et que vous connaissez bien : Autoroute INFO !