Être sobre pour garder le contrôle au volant

31.08.2021
Être sobre pour garder le contrôle au volant

Dernier volet de la campagne « Vous le savez déjà », lancée cet été par le groupe APRR avec l'alcool au volant : une des premières causes de la mortalité routière en France. Un fléau qui touche aussi le réseau autoroutier.
 

Quand on pense « alcool au volant », on imagine que cela pourrait moins concerner les autoroutes, avec ses longs trajets en journée ou les départs en vacances. Pourtant l’alcool et les stupéfiants figurent parmi les premiers facteurs d’accidents mortels sur autoroute.
Claire Dufossé, experte sécurité et signalisation chez APRR explique : « Sur autoroute aussi, on constate des accidents liés à l’alcool. Il ne faut pas boire au-dessus de la limite autorisée, voire pas du tout, avant de prendre le volant, afin de garder les bons réflexes en cas d’événement. En effet, quand on boit, notre perception change et notre temps de réaction diminue. Et cela peut arriver en revenant de soirée ou après un arrêt sur une aire d’autoroute ».
Le capitaine de soirée ou Sam – le personnage créé par la Sécurité routière – reste valable même sur les grands axes, comme les autoroutes urbaines. C’est un conducteur sobre qui prend le volant. 

Attention aux effets secondaires des médicaments
La limite fixée est de 0,5 g d’alcool par litre de sang, sauf pour les conducteurs titulaires d’un permis probatoire ou en situation d’apprentissage avec une limite fixée à 0,2 g par litre de sang. Au-delà d’un verre, le risque de dépasser le seuil autorisé est grand. Le conducteur imprudent risque alors un retrait de 6 points sur son permis de conduire, une amende forfaitaire de 135 euros, une immobilisation du véhicule et une suspension du permis (jusqu’à 3 ans).
Outre l’alcool, les drogues sont aussi concernées, comme l’indique Claire Dufossé : « Les stupéfiants ont aussi un impact sur la perception et le temps de réaction. Certains médicaments peuvent également créer de l’hypovigilance. Il faut bien consulter les boîtes ou en parler à son médecin pour savoir si on peut conduire ou pas ». Enfin, mais ça « vous le savez déjà » : il faut éviter le cumul alcool et médicament, même plusieurs heures avant de prendre la route.
La campagne de communication du groupe APRR est diffusée aux péages, sur aires, sur les panneaux à message variable, les ondes d'Autoroute INFO (107.7), les réseaux sociaux d'APRR (Facebook, LinkedIn, Twitter) et l'application Waze.
Plus d'informations sur le site voyage.aprr.fr