Innovations environnementales sur l’extension de Monaco

02.07.2020
Innovations environnementales sur l’extension de Monaco

L’un des objectifs majeurs de la politique de développement durable d’Eiffage est de réduire l’empreinte écologique de ses chantiers et activités, en préservant au mieux les ressources naturelles et en limitant, voire en évitant, les pollutions, rejets, etc.

Ainsi, comme le détaille la Déclaration de performance extra-financière 2019 (DPEF 2019), dans le cadre du projet d’urbanisation en mer de l’Anse du Portier à Monaco, auquel les équipes d’Eiffage Génie Civil Marine ont pris part et qui s’achèvera cet été, l’insertion dans l’environnement – et en particulier le respect de l’environnement marin (réserves du Larvotto et des Spélugues), du voisinage, des sites et paysages – a été particulièrement soignée.

Les équipes d’Eiffage Génie Civil Marine ont ici contribué à la réalisation d’une plateforme de 6,5 ha en réalisant le transport (depuis Marseille), l’immersion et la pose de 18 caissons en béton armé de 10 000 tonnes chacun afin de créer une extension en mer. L’utilisation d’engins de chantier, de moyens nautiques, et les opérations de ravitaillement en mer avaient été identifiées comme sources potentielles de pollution aux hydrocarbures.

Aussi, alors que le ravitaillement de carburant en mer était initialement interdit sur le projet, bien que très largement pratiqué sur les chantiers offshore du monde entier, les équipes ont pu obtenir l’autorisation de le pratiquer, en multipliant les innovations destinées à prévenir lesdites pollutions.

Plusieurs dispositifs ont été déployés, après validation par le client et la direction des Affaires maritimes de Monaco :

  • mise en place et suivi d’une check-list pour le ravitaillement en mer, recensant toutes les actions à mener avant et pendant les opérations de manière à prévenir les pollutions ;
  • déploiement d’un barrage antipollution autour du navire ravitailleur, accroché grâce à un système de rails soudés sur la coque du ravitaillé ;
  • équipement des cuves de carburant de raccords et de flexibles de type « aviation » particulièrement solides et équipés de sécurités supplémentaires ;
  • déploiement de moyens de lutte antipollution (bacs de rétention et kits antipollution en grande quantité) et anti-incendie (extincteur, lance à incendie) ;
  • mise en place d’une goulotte en polyéthylène haute densité (PEHD) afin de servir de barrière antipollution entre les deux unités maritimes ;
  • équipement d’un « écrémeur » (dispositif de récupération des hydrocarbures à la surface de l’eau) et formation des équipes à son utilisation en cas de pollution accidentelle en mer.

En outre, 16 personnes ont été formées par un organisme spécialisé (Cedre) dans la lutte contre les pollutions accidentelles par hydrocarbures en zones portuaires ; et 14 exercices antipollution (dont deux en situation réelle) effectués, avec pour objectif le zéro impact en mer.

Pour en savoir plus sur ces innovations, lire la Déclaration de performance extra-financière 2019 (DPEF 2019) intégrée au document d'enregistrement universel (dès la page 296) : https://licence.publishpaper.com/publications/787c801e-d9c5-49af-823d-5eb318cb81fe/#page-1

Crédit Photos : Eiffage Génie Civil