L'observatoire de la LGV BPL, c'est quoi ?

20.03.2019
L'observatoire de la LGV BPL, c'est quoi ?

Un observatoire créé pour analyser les retombées socio-économiques et réaliser un suivi environnemental de la LGV BPL.

L’Observatoire de la ligne à grande vitesse Bretagne Pays de la Loire a été créé en 2012 par SNCF Réseau et Eiffage Rail Express. Il a pour objectif d’analyser les effets socio-économiques et environnementaux de l’infrastructure à l’échelle des territoires traversés. Au-delà des exigences règlementaires du bilan LOTI qui prévoit la production de bilans socio-économiques et environnementaux 3 à 5 ans après la mise en service des grandes infrastructures de transport, Eiffage et SNCF se sont engagés sur le long terme et mènent, grâce à cet observatoire, un suivi sur 10 ans. Les études ont pu démarrer dès la phase chantier et seront financées jusqu’en 2022.
 
L’observatoire s’attache à donner régulièrement la parole aux parties prenantes des territoires concernés par la LGV, aux élus ou encore aux experts scientifiques mobilisés. C’est un instrument scientifique très important pour le Groupe car il témoigne de l’engagement sociétal d’Eiffage au service de l’aménagement des territoires.
 
Il est articulé autour de 4 objectifs et sujets d’étude définis lors de sa création :

  • Assurer le suivi socio-économique et environnemental de la LGV pendant les travaux et en phase de maintenance de la ligne au travers d’études sur les activités générées, l’offre touristique, ou sur l’évolution de la biodiversité et des paysages ;
  • Evaluer les incidences du projet et sa perception par les opinions publiques par le biais d’études sur le cadre de vie des riverains ;
  • Fournir une information transparente sur les effets directs et indirects de la LGV sur les territoires concernés via le site Internet de l’observatoire ainsi qu’au moyen de publications scientifiques, de colloques et d’expositions, tous publics.
  • Améliorer la conception et l’intégration des futurs projets de LGV via ce retour d’expérience spécifique.

 
L’observatoire mobilise de nombreuses expertises internes :

  • celles de la direction du développement durable et de l’innovation transverse (DDDIT) qui pilote l’observatoire pour le compte d’ERE,
  • celles d’OPERE, filiale en charge de la maintenance de la ligne,
  • celles des équipes de la direction de la communication

 
Il rassemble également une communauté d’une centaine d’experts reconnus.
Après 7 ans d’existence, l’observatoire a produit plus de 40 rapports d’études autour de 18 thématiques de travail socio-économiques ou environnementales mais également autour de sujets transverses comme l’agriculture, permettant de mesurer les externalités de la LGV sur les territoires traversés.
Les derniers rapports en socio-économie dressent un état « zéro » de dix quartiers de gares desservies par la LGV ou bénéficiant de l’effet « grande vitesse » afin d’analyser leur évolution dans 3 ans. D’autres études s’intéressent à l’adaptation de l’offre touristique dans les deux régions concernées. En environnement, des études sur le long terme d’espèces cibles (chauve-souris, amphibiens, loutre) permettent d’évaluer l’effet des aménagements spécifiques de l’infrastructure sur leurs comportements. Un rapport publié en mai fera la synthèse de 3 années de suivi de la Loutre d’Europe dans la vallée du Vicoin en Mayenne, espèce autrefois disparue.
 
 
Tous les semestres, une lettre de l’observatoire est publiée avec toute l’actualité de la LGV et l’avancement des études réalisées.
Ce mois-ci, le 5ème numéro vient de paraître : découvrez la progression du trafic sur la ligne, un volet environnemental sur le comportement des amphibiens et bien d’autres sujets d’actualités de la LGV BPL.
 
N’oubliez pas notre rendez-vous annuel du colloque de l’observatoire le vendredi 27 septembre 2019 à Laval, au parc écologique Echologia, dédié cette année à l’environnement et qui présentera notamment les résultats de ces études.
 
La ligne à grande vitesse Bretagne Pays de la Loire, longue de 214 km, a permis de mettre Paris à moins d'1h30 de Rennes. Inaugurée en juillet 2017, elle a été réalisée dans le cadre d’un contrat de partenariat public-privé (PPP) signé entre SNCF Réseau et Eiffage Rail Express (ERE). Les équipes d’OPERE, filiale d’Eiffage, en assurent la maintenance jusqu’en 2036. L’observatoire socio-économique et environnemental, créé en 2012, financera des études de suivi jusqu’en 2022.