retour

Fondation Eiffage - portrait n°1 : Gérard Castegnaro un retraité engagé

12.02.2019
Scrollez
Fondation Eiffage - portrait n°1 : Gérard Castegnaro un retraité engagé

En parrainant le Réseau Étincelle auprès de la Fondation Eiffage, Gérard Castegnaro, ancien collaborateur de la branche Construction, a permis de financer l’ingénierie pédagogique dans le cadre de la création de l’Académie Etincelle qui assure la montée en compétences du réseau de formateurs. A la demande de la Fondation, il a accepté de témoigner de son engagement social.
 

Quelle est votre histoire avec l’engagement solidaire ?
Depuis un peu plus de 20 ans, je suis engagé dans des actions d’éducation populaire (MJC) en tant qu’administrateur, et, depuis mon départ à la retraite, je suis très impliqué dans des actions humanitaires (ONG en Asie et Afrique), sociales et solidaires, où je mets à disposition mes compétences et expériences professionnelles.
Parmi mes dernières implications, il y a celle du  « Réseau Etincelle ». Cette association créée par des entrepreneurs s’est donnée pour mission de « transformer le renoncement en motivation » auprès d’un public particulier, celui des « décrocheurs scolaires».
 
Quelle est votre implication avec le Réseau Etincelle ?
Lors de stages du Réseau Etincelle, j’apporte ma contribution en tant que témoin du monde de l’entreprise ou comme membre d’un jury bienveillant lors de la présentation du projet de chacun en fin de stage. 
C’est l'occasion d’échanges avec des jeunes qui découvrent le monde de l’entreprise, et à qui j’apprends quelque fois des choses qui nous paraissent évidentes mais qui ne le sont pas pour eux comme,  par exemple, savoir serrer une main. 
Il s’agit aussi de les  valoriser à leurs propres yeux en reconnaissant et en mettant en valeur les qualités dont ils ont su faire preuve dans leur vie (expériences sportives, musicales, aspirations...).
 
Que pensez-vous apporter au Réseau Etincelle ?
Pour le réseau Etincelle, mes interventions, comme celles de mes collègues, permettent à des jeunes de rencontrer concrètement une personne qui peut témoigner par son travail d’un parcours professionnel solide et qui, en même temps les reconnait en tant que personne ayant une valeur. 
Compte-tenu de mon parcours, j’ai un poids particulier auprès des jeunes issus de familles émigrées d’Asie, d’Afrique et du Maghreb ou immigrés eux-mêmes car je connais ces pays et également ces populations à travers les chantiers de BTP sur lesquels j’ai travaillé pendant une dizaine d’années et… ils le sentent.
C’est un élément important pour les amener à penser qu’ils peuvent, eux aussi, trouver leur place dans la société. 
Les autres éléments du stage, en partant de leur passion, permettent de leur donner des pistes et des feuilles de route, mais ils ont d’abord besoin de croire en eux-mêmes.
 
Que vous apporte votre engagement associatif avec le Réseau Etincelle ?
Le Réseau Etincelle me donne l’occasion d’être un  « passeur », c’est à dire de mettre à disposition bénévolement mes compétences au service de ces jeunes, d'associations ou ONG. C’est ce que mes expériences humaines, familiales mais aussi professionnelles, m’ont naturellement conduit à devenir.
 
Que diriez-vous aux collaborateurs ou retraités Eiffage pour les encourager à s’impliquer dans des projets sociaux ?
Le BTP a été pour moi une « école de la vie » : les lieux et les expériences sont sans cesse renouvelés, les rencontres sont nombreuses et souvent riches. Nous avons réalisé des projets toujours différents, croisé et travaillé avec toutes les populations,… nous avons connu la chaleur, le froid, la pluie,… nous avons aussi connu l’inquiétude, la peur, les nuits blanches,… mais nous avons aussi éprouvé des grandes joies et des grandes satisfactions, … alors pourquoi ne pas les partager ?