retour

Le programme de compensation biodiversité BPL remarqué sur la scène internationale

30.11.2017
Scrollez
Le programme de compensation biodiversité BPL remarqué sur la scène internationale

Les 14èmes rencontres de la communauté BBOP (Business & Biodiversity Offsets Programme), dont Eiffage est membre, ont eu lieu ce mercredi 29 novembre à Edimbourg, en Ecosse. À cette occasion, la Direction développement durable et innovation transverse a présenté en conférence son travail d'évaluation du programme de compensation écologique de la LGV BPL, eu égard aux standards internationaux en la matière : un case-study remarqué sur la scène internationale.

Ce travail d'évaluation a permis :

  • d'une part, de démontrer que le programme de compensation biodiversité de BPL a été établi dans le respect des meilleures pratiques internationales ;
  • et, d'autre part, de mettre en avant les spécificités propres aux grands projets d'aménagement du territoire telles que les problématiques foncières et agricoles, ou encore les questions relatives à la fragmentation écologique.

 
Pour rappel, BBOP (Business & Biodiversity Offsets Programme) est un programme international de l’ONG « Forest Trends ». Il réunit une centaine d'acteurs publics ou privés (gouvernements, entreprises, institutions financières, associations, scientifiques,…) et vise à développer les meilleures pratiques de compensation écologique liée aux impacts des projets sur la biodiversité. Eiffage y prend part depuis 2013, et est à ce jour le seul constructeur et aménageur français membre de ce programme. 
 
La compensation biodiversité de la LGV BPL, pilotée par ERE, et mise en œuvre par le groupement « Dervenn Compensation », est établie sur 240 sites autour de la ligne, représentant environ 900 ha d’habitats naturels à gérer et à maintenir en bon état de conservation jusqu’en 2036.
 
En parallèle, le programme de compensation biodiversité de la LGV BPL a été retenu comme cas d'étude dans le cadre de thèses en cours à AgroParisTech / université Paris Sud Saclay en France, ainsi qu'à l'université RMIT de Melbourne en Australie au titre d'une comparaison entre différents projets internationaux.