retour

Plus que jamais, la Fondation Eiffage entend « faire de la solidarité un pont vers l’avenir »

07.11.2016
Scrollez
Plus que jamais, la Fondation Eiffage entend « faire de la solidarité un pont vers l’avenir »

Le séminaire des parrains, organisé jeudi 3 novembre 2016 à Paris par la Fondation Eiffage, a été l’occasion de réaffirmer les vertus de l’engagement des collaborateurs/collaboratrices et des retraité(e)s d’Eiffage dans des associations qui contribuent à favoriser l’insertion sociale et professionnelle de personnes en difficulté en favorisant leur accès au logement, à la formation et à l’emploi.
 

« Notre époque doit et peut avoir le courage de privilégier l’action, plutôt que la fuite ou le repli frileux. Chacun de nous peut faire sa part, même modeste », a souligné Jean Carré, président de la Fondation Eiffage à l’occasion d’un séminaire qui a réuni à Paris, jeudi 3 novembre 2016, sur le lieu même d’une association parrainée par la Fondation, "Cuisine mode d’emploi(s)", plus de 50 parrains et marraines d’associations. Autrement dit, autant de collaborateurs ou collaboratrices ou retraité(e)s d’Eiffage qui soutiennent à titre bénévole des projets associatifs auxquels la Fondation contribue en accordant une subvention.

« Depuis maintenant presque 9 ans, la Fondation Eiffage reconnaît vos démarches et finance les projets que vous lui soumettez. C’est son but : être un outil de soutien, mais aussi de créativité, de partage, d’émulation, de questionnement, d’avenir », a aussi indiqué Jean Carré. Depuis le début de sa première mandature, en mars 2008, la Fondation a soutenu près de 170 projets dans lesquels sont impliqués 196 parrains et marraines d’Eiffage. Le montant de la subvention apportée par la Fondation aux associations ainsi soutenues atteint en moyenne 12 000 euros. 

« La Fondation Eiffage est une clé de voûte, une source de fierté qui atteste que le Groupe s’engage dans tous les territoires qu’il traverse, est acteur de ce qu’ils deviennent », a salué Benoît de Ruffray, qui a participé à l’ensemble de la journée. « Des collaborateurs engagés et épanouis sont la meilleure garantie de la performance du Groupe », a-t-il aussi ajouté. Il a aussi invité l’équipe de la Fondation à « voir plus grand, aller plus haut et plus fort ». 

Les témoignages apportés par les différents parrains et marraines et les représentants d’associations présents, comme les groupes de travail qui ont été animés l’après-midi, vont dans ce sens. Xavier Lanthiez, délégué général de la Fondation, a précisé que d’ores et déjà, en plus des projets proposés directement par les collaborateurs ou retraités du Groupe et des projets pluriannuels de grande envergure menés par des associations de premier plan comme le réseau national des Jardins de Cocagne (insertion par le maraîchage biologique) ou du mouvement ATD Quart-Monde (qui expérimente des territoires « zéro chômeur de longue durée »), la Fondation entend soutenir de nouveaux projets au sein des quartiers prioritaires de la politique de la ville qui souffrent d’un taux de chômage élevé. La Fondation agira de manière formalisée avec des acteurs identifiés en amont et un objectif annuel de projets à atteindre. 

Les parrains et marraines et les représentants d’association présents ont témoigné de l’efficacité des associations sur le terrain. Thomas Dailly d’Eiffel Industrie a parrainé l’association Émergence au Havre qui a fait du sport un outil d’insertion sociale et professionnelle. Il a souligné que « ces organisations proches du terrain, obtiennent souvent plus de résultats [que des structures étatiques] et promeuvent les valeurs d’effort, de rigueur, de dépassement de soi et de respect » qu’attend justement le monde professionnel. 

Mohamadou Macquillou Camara d’Eiffage Sénégal et Philippe Galiègue, retraité de Gauthey, ont montré comment l’association Hydraulique sans frontières contribue à améliorer la qualité de l’eau et ainsi à apporter une meilleure santé et une meilleure hygiène de vie aux habitants d’un village du Sénégal. L’association Bouée d’espoir à Paris, parrainée par Florent Bonnet de Pradeau & Morin, permet de remettre le pied à l’étrier à des personnes en grande difficulté en leur donnant un coup de pouce financier. 

En parallèle, les groupes de travail qui ont réuni l’après-midi les participants au séminaire ont identifié de nombreux leviers pour mieux faire connaître la Fondation au sein du Groupe, aider des compagnons ou des employés à la solliciter, favoriser le lien avec les retraités et faire des parrains et marraines déjà actifs ses premiers ambassadeurs.